La délinquance : un sujet qui vous préoccupe

Tag: , , , ,

polic61

Bonjour à tous,

Suite à notre question officielle sur vos idées de mesures pour limiter la délinquance juvénile, nous avons décidé de faire un point sur ce thème qui vous touche au quotidien. Véritable enjeu politique et sociale, nous n’avons pas besoin de définir la délinquance juvénile tant elle fait partie de vos préoccupations. Que l’on en soit victime ou spectateur, il est toujours difficile d’entrevoir clairement tous les tenants et les aboutissants de cette problématique complexe. La délinquance prend, en outre, différentes formes et niveaux pour s’exprimer.

En regardant de plus près, nous serons surpris de voir que nous sommes nombreux à avoir participer finalement à ce type d’acte rebelle contre les lois de notre société. Cylon nous le démontre en avouant ses propres “crimes” avec honnêteté. Si l’on sourit à la lecture de son récit (avouons-le), on peut aussi réaliser que ce qui apparaît être un cas isolé et insignifiant peut avoir rapidement des répercussions importantes pour les autres, qui peuvent se multiplier autant de fois par le nombre de fois où l’acte a lieu. C’est de là que vient toute la difficulté pour juger du problème et de ses conséquences.

griotte nous précise que les dégâts sont souvent multiples à la fois pour la famille (tristesse, incompréhension…), la société (rage, haine…) ou encore le jeune auteur des actes répréhensibles (rejet, culpabilité…). Faut-il pour autant punir l’auteur du délit ou bien chercher à en expliciter les origines ? Qui est responsable au final du débordement ? badr3am entrevoit deux sources au problème de la délinquance, notamment juvénile : une démission du corps parental mais aussi de notre société véhiculant dans toutes les sphères des appels à ces dérives. Comme superchauvesouris, les politiques participent aussi à ce débat en s’interrogeant à chaque gouvernance sur les lois pouvant juguler ce fléau (électoral et) social.

Dans tous les cas, la communauté Yahoo! Questions/Réponses aime débattre autour de ce problème. L’échéance des présidentielles en 2012 sera une excellente excuse pour notre équipe pour organiser un grand débat sur la question et transmettre ainsi vos questions ou suggestions aux hommes et femmes politiques qui vous représenteront demain dans les plus hautes instances du pouvoir exécutif.

N’hésitez donc pas à continuer à réfléchir, débattre ou soutenir par vos conseils vos idées sur cette question essentielle pour la société dans les catégories Actualités et évènements, Politique et gouvernement ou encore Éducation.

Et n’oubliez pas de participer à notre question officielle : Quelles seraient vos idées de mesures pour limiter la délinquance juvénile ?

A très vite.
L’équipe Yahoo! Questions/Réponses

Bouton Facebon like Answers Bouton Twitter Answers

Commentaires (7)

Ajouter un commentaire
  1. On met en exergue la démission parentale, et comme toujours, ô combien taboue, on ne parle pas de la maltraitance qui crée aussi, et certainement plus de délinquants.

    Un délinquant, tout comme un criminel, n’a jamais été un enfant choyé et respecté

    Commentaire posté le 6 November 2009 à 11:22 par Hervé
  2. “L’échéance des présidentielles en 2012 sera une excellente excuse pour notre équipe pour organiser un grand débat sur la question et transmettre ainsi vos questions ou suggestions aux hommes et femmes politiques qui vous représenteront demain dans les plus hautes instances du pouvoir exécutif.”

    La délinquance des moins de 13 ans, c’est moins d’un pour cent de la délinquance. Si vous êtes à ce point proche des élus, pourquoi ne pas leur suggérer de s’intéresser à des problèmes moins médiatiques mais plus importants?

    Commentaire posté le 6 November 2009 à 12:05 par Sved
  3. Je suis tout à fait de l’avis de ceux qui pensent que pour résoudre le grave problème de la délinquance juvénile, il faut commencer par revoir l’éducation des parents qui, le plus souvent, en est à l’origine. Non pas qu’ils ne sachent pas, – on a du mal à l’imaginer – , mais par démission du rôle parental, en accordant des priorités qui n’en sont pas réellement; sous entendu manque de temps, le travail trop prenant à l’extérieur etc..

    Il serait sans doute préférable de réduire le niveau de vie au profit de plus de temps à accorder aux enfants en les écoutant d’abord pour les aider à résoudre les problèmes existentiels qu’ils rencontrent qui, bien souvent, ne sont pas des moindres et ne pas perdre de vue que tant qu’ils ne sont pas majeurs, leurs problèmes sont les nôtres

    Dans la mesure où on les laisse s’en “débrouiller”, je pense qu’ils se sentent un peu abandonnés, voire lâchés et par qui ? leurs propres parents. C’est un non sens. Et à la suite de celà, plus de “garde fou” et c’est la porte ouverte à la délinquance la plus redoutable.

    C’est là mon sentiment. Et même une sorte de témoignage car, seule pour élever mon fils, j’ai dû par la force des choses pour parvenir à lui offrir une vie décente, rogner sur le temps qui lui était dû au profit de mon travail (cadre) A près de 50 ans maintenant, il m’en fait encore le reproche, mais ce qu’il ne sait pas, c’est que je ne bénéficiais alors d’aucune aide matérielle d’aucune sorte. Je n’avais en tout et pour tout que le fruit de mon travail. et il fallait y aller “au charbon”, bon gré mal gré, même souffrante..

    Résultat ? j’ai connu des périodes difficiles , car il était plus attiré par les mauvaises fréquentations que les bonnes, et je n’étais pas en mesure de contrôler.

    Heureusement pour nous deux, que ce n’est jamais allé bien loin.

    Tout s’est arrangé pour lui lorsqu’il s’est fait enlever “sentimentalement” à Paris, par une femme pour vivre en couple en Scandinavie. De ce jour-là tout est rentré dans l’ordre le plus parfait..

    Commentaire posté le 6 November 2009 à 18:56 par Athenaïs
  4. trop long a expliquer et de toute facon tout le monde s’en fou sinon ca fait bien longtemps que les parents/politicien en aurait pris la mesure
    continuons donc a nous donner bonne conscience jusqua ce que ca explose au sens propre
    axel

    Commentaire posté le 7 November 2009 à 01:35 par axel
  5. La délinquance des moins de 13 ans, c’est moins d’un pour cent de la délinquance. Si vous êtes à ce point proche des élus, pourquoi ne pas leur suggérer de s’intéresser à des problèmes moins médiatiques mais plus importants?

    (je floode un peu, mais comme ça indique 0 commentaires, j’essaie d’exister)

    Commentaire posté le 7 November 2009 à 02:38 par Sved
  6. La délinquance juvénile ? La faute en est à la société.
    Par une volonté de fric à tout prix, d’ultra-libéralisme économique, par le fait d’inconscience politique (les votes), et d’aveuglement social.
    Les médias, par la publicité effrénée, les banques, par le crédit incontrôlé, les entreprises, par leur gestion (in)humaine, les politiques, par leur décision d’ôter tout pouvoir aux professeurs, en sont autant responsables. Les parents divorcent à tout va, travaillent (pour gagner plus) et ne voyent pas les problèmes de leurs enfants. Un ado est quasiment toujours révolté contre l’autorité, la société : c’est naturel et psychologique. Greffez là-dessus un chômage endémique pour ces jeunes et, l’esprit bouffé par la pub, la méconnaissance du respect dû à autrui et des intitutions, l’exemple de dirigeants économiques et politiques pourris jusqu’au trognon, qui voudront la télé écrant plat géante, une belle bagnole, des fringues de marque, … et vous aurez le résultat : de la délinquance pour se procurer du fric et s’acheter tout ça ! Et les parents, aussi inconscients, s’endettent outre mesure, pour leur donner le bon exemple : tout tout de suite !

    Commentaire posté le 8 November 2009 à 18:29 par Henri-André ABADIE d’ARBOCAVE
  7. La délinquance s’insère au plus profond de notre quotidien et touche de plus en plus toutes sortes d’activités humaines.
    On peut le constater chaque jour dès en allant travailler par exemple. Je travaille dans un hôpital comme infirmier, des réductions drastiques de personnels font que mon roulement théorique est chamboulé chaque semaine, sans compter des appels à domicile incessants pour faire ces changements et ce sur des temps qui sont pourtant considérés comme repos. Mes conditions de travail font que les journées sont trop courtes pour faire la quantité de travail qui est pourtant à faire et qui doit être fait. Les syndicats alertent depuis un bon moment déjà sur ces “dysfonctionnements” . Ces alertes ne reçoivent qu’un mépris profond en retour.

    Aujourd’hui et pour poursuivre sur l’exemple du travail les jeunes qui arrivent sur ce marché se voient proposer des contrats avec des horaires ultra flexibles et à temps partiel sur une base de smic (et avec 800 euros par mois on ne peut pas vivre décemment et payer un loyer et le reste. C’est aussi une forme de violence qui n’est pas mineure.

    J’ai acheté dernièrement un ordinateur (les options de garantie zéro pixels défectueux et 1 an supplémentaire étaient cochés sur la facture et je m’en suis rendu compte en caisse… Bref un peu partout on pousse le bouchon un peu loin.

    Alors le mec qui me pique mon portable en me tapant sur la tête hé bien il fait pareil que ce que l’on me fait (assez souvent hélas!) au boulot… La différence c’est que là j’ai le loisir de porter plainte et de me défendre physiquement dans une certaine mesure… Finalement c’est moins grave à mes yeux !

    Commentaire posté le 9 November 2009 à 09:41 par bob

Ajouter un commentaire

Requis
Requis, caché